Mise en avant

Académie virtuelle des linguistes du XIXème et du XXème siècle

Le premier fichier proposé dans la catégorie “Histoire de la linguistique” est une bibliothèque d’adresses (URL) consacrées à l’oeuvre de 100 linguistes qui ont exercé leur activité de chercheur et d’enseignant pour l’essentiel entre le début du 19e siècle et la fin du 20e siècle. Cette bibliothèque n’a pas d’entrée pour les linguistes vivants. Créée il y a douze ans, elle a été entièrement révisée en 2023. Certaines adresses URL étant volatiles nous sommes reconnaissants aux internautes qui en repéreraient parmi les quelque 500 URL mentionnées, de nous le signaler.

Académie virtuelle des linguistes révisée 2023

 

COMMENT MESURER ET INTERPRETER LA PROXIMITE SEMANTIQUE RELATIVE ENTRE TROIS VOCABLES

Pour étudier la signification comparée des mots d’un même état de langue, par exemple le français actuel, on adopte généralement l’un des deux cheminements, “des mots vers les idées” (orientation “sémasiologique“) ou “des idées vers les mots” (orientation “onomasiologique“). Mais en réalité ces deux orientations sont indissociables : une démarche uniquement sémasiologique risque de se limiter aux significations d’un mot particulier selon les contextes et d’ignorer les autres mots qui peuvent se substituer à lui pour rendre la même idée (ses synonymes), tandis qu’une démarche uniquement onomasiologique risque de ne tenir compte que de l’idée dont on recherche les réalisations lexicales et d’ignorer les autres significations d’un mot (sa polysémie).

Peut-on mesurer la proximité sémantique relative entre deux mots ? A proprement parler, la relation de proximité sémantique ne s’applique pas directement aux mots, mais à leurs emplois car elle se définit comme la possibilité de substituer un mot X à un mot Y dans un même contexte C. Sur cette base, on peut mesurer le degré de synonymie entre deux mots : c’est le nombre de contextes dans lesquels X est substituable à Y. Et si l’on prend en compte un troisième mot Z, celui-ci peut présenter autant, plus, ou moins de contextes que X dans lesquels il peut se substituer à Y. Encore faut-il cependant distinguer deux types de configurations, [1] celle où Y est substituable à X dans un contexte C et à Z dans un contexte C’, sans qu’il existe un contexte C” dans lequel X et Z seraient substituables l’un à l’autre (c’est le cas entre les substantifs cortège, défilé et gorge), et [2] celle où il existe au moins un type de contexte dans lequel X, Y et Z peuvent se substituer les uns aux autres (comme entre les verbes admettre, confesser et reconnaître.

J. François Proximité sémantique relative 4.6.2024

LE GENIE, DES GENIES, DU GENIE … C’EST GENIAL !

Bien qu’apparu en français au début du XVIe siècle, le génie n’a connu son heure de gloire qu’à la fin du XVIIIe siècle. L’éventail des sens de ce vocable mérite un examen attentif, car ces sens proviennent tous du latin genius, mais par des voies directes ou contournées. L’étude des 120 occurrences de génie dans un corpus journalistique du début du XXIe siècle révèle, une fois identifiés les éléments du contexte antérieur et postérieur propres à distinguer le sens pertinent, quels sens occupent une place prépondérante dans la presse quotidienne. Le billet est scindé en deux parties afin d’en faciliter la consultation et il est accompagné d’une galerie d’illustration des cinq sens principaux de génie.

Billet GENIE – 1e partie mai 2024

L’imagerie du génie

Billet GENIE – 2e partie mai 2024

OÙ EST PASSÉE LA PHILOLOGIE, DISCIPLINE NAGUÈRE PRESTIGIEUSE ?

La philologie a connu son heure de gloire au XIXe siècle, mais depuis lors elle est en quelques sorte “disparue des radars” et rares sont ceux/celles de nos lecteurs/-trices qui sauraient dire en quoi consiste le travail des philologues.

De fait, si l’existence de l’Institut de la Recherche et de l’Histoire des Textes (laboratoire du CNRS) témoigne de la persistance de l’activité des philologues, il n’en est pas moins vrai que ces derniers font usage d’un vocabulaire aussi déroutant que celui des notaires, ce qui ajoute au mystère qui les entoure, et qu’ils sont aussi studieux et peu enclins aux scoops médiatiques que les moines du Moyen-Âge concentrés dans leur scriptorium sur la recopie d’une source aujourd’hui disparue dont la valeur était jugée si considérable qu’il en fallait absolument empêcher l’oubli.

Le travail des philologues s’apparente à celui d’un détective, voire d’un profiler, car, parmi les différents manuscrits conservés dans telle ou telle bibliothèque, leur mission est de les inspecter et de les classer en fonction de leurs défaillances qui orientent vers la pratique d’un scribe particulier (par ses erreurs d’orthographe ou de morphologie et ses omissions répétitives, témoignant d’une compréhension médiocre de la source dont le contenu était à préserver).

L’objectif de ce billet est donc de donner un aperçu de la manière dont les philologues d’aujourd’hui appliquent à l’édition des textes anciens la méthode critique élaborée dans la première moitié du XIXe siècle.

J. François Philologie, discipline désuète – avril 2024

QUAND LE “FUR” BAT LA “MESURE”

Qui s’est jamais interrogé sur ce que peut bien être un fur ? Le morphème n’existe plus en français actuel que dans la locution prépositionnelle au fur et à mesure, que nous employons fréquemment sans chercher à en savoir plus, de même que nous ne nous étonnons pas d’employer une autre locution, adverbiale cette fois : peu ou prou. La signification de telles expressions dépend donc essentiellement de l’usage qui en a été fait dans notre entourage et que nous avons enregistré et copié en confiance.

Peut-on aller jusqu’à dire qu’on ne sait pas vraiment ce qu’elles signifient (point de vue SEMANTIQUE) mais seulement dans quels contextes elles peuvent s’employer (point de vue PRAGMATIQUE) ? Pas tout à fait, car nous nous rendons compte que la locution tronquée à mesure que P véhicule à elle seule l’idée que le contenu de la proposition introduite par que fixe une mesure de validité ou de pertinence, ex.

A MESURE que je pénétrais les secrets de ma famille, je MESURAIS l’étendue de mon ignorance = Plus je pénétrais...

si bien que la première partie de la locution complète semble inutile. De même, si peu est coordonné à prou par ou, cela signifie certainement que la locution peu ou prou véhicule une alternative et donc que prou équivaut à beaucoup, comme dans plus ou moins, à cela près que dans cette locution adverbiale sémantiquement transparente l’ordre entre la faible et la forte quantité est inversé (- OU +) VS (+ OU -).

Ce billet vous propose d’en savoir plus sur le fur, ce que ce vocable a signifié, quand et comment il a perdu son statut de mot autonome pour ne plus laisser qu’un souvenir opaque dans une locution pourtant d’usage quotidien.

FUR et MESURE 2024

UN XXe SIECLE DE LINGUISTIQUE EFFERVESCENTE

La linguistique est née au XIXe siècle et elle a réussi à se faire une place de plus en plus importante et prestigieuse en marge des principales disciplines consacrées au langage qui cohabitaient depuis la Renaissance, la grammaire dédiée à l’organisation de la langue (en l’occurrence le français en voie d’unification), la lexicographie (qui éditait des dictionnaires de plus en plus perfectionnés à partir du XVIIe siècle) et plus récemment la philologie (destinée à explorer et inventorier les manuscrits antiques et médiévaux). Les efforts de la plupart des linguistes du XIXe siècle ont porté sur deux grandes questions : le développement de la grammaire historique comparée des langues indo-européennes et le classement des langues du monde en accordant la priorité à celles qui avaient une tradition écrite.

Par comparaison, la linguistique du XXe siècle a été “effervescente”, c’est-à-dire qu’elle a exploré des voies plus originales, notamment les langues sans tradition écrite en rapport avec la culture des peuples qui les parlent, la dialectologie, et dans la seconde moitié du siècle d’une part la formalisation des structures phonologiques, morphologiques et syntaxiques et d’autre part le réexamen de l’articulation entre la variété des langues et l’uniformité de l’esprit humain. C’est à l’évocation de quelques traits majeurs de ces recherches qu’est consacré ce billet inaugural du carnet de recherches “Les mots d’aujourd’hui et de jadis : leur formes, significations et contextes“.

Jacques François – Yaacoub Gherissi – Rania Samet

François-Gherissi-Samet LEXIC-Billet introductif

 

 

 

 

 

COMMENT FRANTEXT PERMET DE PISTER DES CHANGEMENTS SYNTAXIQUES AU FIL DES SIECLES

 

La base de données textuelles FRANTEXT est désormais forte de plus de 5500 écrits couvrant toute l’histoire de la langue française. Elle inclut la catégorie grammaticale de tous les mots et permet de les appeler à partir de leur lemme, la forme sous laquelle ils se présentent dans tous les dictionnaires. Elle est destinée aux amateurs de la langue française et de sa littérature et permet d’effectuer des recherches ciblées, par exemple  : “Quels sont les mots les plus fréquents dans les comédies enregistrées de Molière ou les romans d’Émile Zola ?

En tirant parti de la multitude des écrits enregistrés dans FRANTEXT, ce billet montre quand et comment des changements syntaxiques survenus dans l’histoire du français, notamment le déplacement des pronoms personnels objets d’un verbe introduit à l’infinitif par l’un des trois auxiliaires POUVOIR, DEVOIR et ALLER (ex. je le vais faire > je vais le faire) s’est généralisé entre la fin du 17e et le début du 19e siècle.

https://lexic.hypotheses.org/files/2024/03/FRANTEXT-et-changts-syntaxiques-mars-2024.pdf

Des idées aux mots 2/2

Article publié en 2 parties

Partie 2/2  :   étape 2 du sommaire     la lire   

Partie principale 1/2       à lire préalablement 

 

Sommaire partie principale 1/2 et partie 2/2 :

Introduction : Sens, mots 

La méthode exploratoire des synonymes à partir d’une idée 

Les notions de la théorie des graphes

Les outils

Les traitements

Les données et résultats

étape 1    

            étape 2  

Conclusion

Des idées aux mots 1/2

 

Article publié en 2 parties

Partie principale 1/2    la lire       

L’objet de cet article est de présenter une procédure qui, partant d’une idée, va chercher les mots s’y référant dans le langage courant. L’idée sera qualitative et les mots s’y référant des adjectifs qualificatifs.

 La relation de synonymie qui, par définition, conserve le sens, devrait permettre un voyage aisé parmi les adjectifs se référant à une idée. Nous verrons que ce cheminement n’est pas si aisément délimité.

Les adjectifs synonymes seront puisés dans le DÉS,  Dictionnaire Électronique des Synonymes, du laboratoire CRISCO  : Centre de Recherches Inter-langues sur la Signification en Contexte, université de Caen Basse-Normandie.

Sommaire partie principale 1/2 et partie 2/2 :

Introduction : Sens, mots 

La méthode exploratoire des synonymes à partir d’une idée 

Les notions de la théorie des graphes

Les outils

Les traitements

Les données et résultats

étape 1    

étape 2partie 2/2  publiée à part  suivre ce lien

Conclusion

 

 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search